Christophe Clergeau réagit à la grave crise humanitaire qui pousse des milliers de réfugiés aux portes de l’Europe pour trouver secours et assistance. Il en appelle au devoir d’humanité et propose que la région des Pays de la Loire apporte une aide exceptionnelle aux collectivités accueillant des demandeurs d’asile. 

« Depuis plusieurs mois, ils sont des milliers à mourir en Méditerranée. Ils sont des dizaines de milliers, hommes, femmes, enfants, à tenter le tout pour le tout pour fuir des pays ravagés par la violence et la mort. De par le monde, ils sont des centaines de milliers à voir en l’Europe une lueur d’espoir pour simplement survivre, se reposer, se réfugier.

Jusque ces derniers jours, l’Europe a été collectivement indigne dans son indifférence manifeste et dans le concours d’égoïsmes individuels auxquels les Etats se sont livrés. Notre Europe, celle que nous voudrions si belle et si exemplaire mais qui voit ressurgir des discours qu’on espérait oubliés. Cette même Europe qui s’est pourtant construite sur le « plus jamais ça ».
L’Allemagne a montré un chemin à suivre, ses dirigeants n’ont pas oublié les leçons de notre histoire, ni de la sienne. La France retrouve également ses valeurs et sa tradition humaniste, il était temps ! Ne cédons pas à ceux qui, face au désespoir absolu des réfugiés, soufflent sur les braises de la haine et du rejet de l’étranger. Nous sommes face à une crise humanitaire et rien d’autre.

Notre indignation ne serait rien si elle ne nous conduisait pas à l’action. Ne renions pas ce qui nous a fondé. Faisons vivre nos valeurs en les mettant en actes.

En Pays de la Loire, terre humaniste et d’engagement, nous devons prendre notre part à ce devoir d’agir. De nombreux maires s’engagent, vont agir, et sont aux côtés des associations, qui étaient nombreuses hier à Nantes lors de la manifestation organisée par des collectifs de citoyens. Je souhaite que notre région soit exemplaire en se montrant à la hauteur des valeurs qu’elle a toujours portées. Pour cela, nous devons nous donner les moyens et nous mobiliser encore plus.

J’ai proposé à Jacques Auxiette que lors de la prochaine séance de la commission permanente, le Conseil régional puisse voter en urgence une enveloppe financière à destination des collectivités et des associations qui accompagnent les réfugiés en Pays de la Loire.

Pas un seul ne doit être rejeté, pas un seul ne doit être un paria, pas un seul ne doit voir s’ajouter à son parcours de courage, l’ignominie du rejet et de l’indifférence.

Montrons nous à la hauteur de notre héritage, réagissons ! »