Les récentes propositions portées par quelques candidats aux élections régionales soutenant la mise en place d’une écotaxe régionale me paraissent un non-sens au moment où les Régions françaises voient leurs compétences économiques renforcées.
 
Cette nouvelle fiscalité régionale aurait pour première conséquence de détourner le flux des transports vers des territoires sans fiscalité.

 

On peut comprendre la position de certaines régions frontalières traversées par des flux continus de poids-lourds. Mais une écotaxe régionale, c’est se débarrasser des poids lourds chez soi pour les envoyer chez les voisins.
De ce fait, elle ne constituera en aucun cas une réponse au nécessaire développement du fret ferroviaire.

 

La création d’un nouvel impôt régional ne règlera pas les problèmes posés aux budgets régionaux. Les régions françaises ont besoin de moyens pour agir et assurer pleinement les compétences qui leur sont confiées. Nos recettes actuelles proviennent d’une imposition que nous ne décidons pas.  Une grande partie de ces nouvelles compétences relève d’une fiscalité qui n’est pas affectée directement aux régions mais passe par des dotations de l’Etat. C’est à ce niveau qu’il faut agir. Simplifions ! Allons jusqu’au bout de la logique qui veut faire des régions françaises le pilier du soutien au développement économique. La réforme de la fiscalité prévue pour 2017 par le Gouvernement va dans ce sens et c’est une bonne chose.

 

Je sais, par expérience, que les régions savent s’organiser, travailler avec les acteurs économiques locaux, imaginer des solutions qui ne passent pas forcément par la contrainte. En Pays de la Loire, je suis convaincu qu’il faut aider les déplacements et les flux de marchandises, les rendre plus simples, mais aussi moins énergivores et plus intelligents. Les autoroutes de la mer sont, par exemple, un projet bien plus pertinent sur lequel nous pouvons nous appuyer pour favoriser notre territoire et son attractivité.

 

Il faut faire confiance aux Régions françaises. Donnons-leur les moyens d’agir ! Organisons mieux notre système fiscal ! Ne créons pas un nouvel impôt !