En quelques heures, trois sondages nationaux ont été rendus publics. Ils étaient attendus car ils devaient permettre à tous les observateurs de mesurer l’impact sur l’opinion, et sur les intentions de vote, des dramatiques événements que vit notre pays. Trois instituts sérieux (IPSOS, HARRIS et TNS SOFRES) ont rendu leur copie.

Ils sont d’accord sur un point : le Front national semble hélas être le grand bénéficiaire électoral des attentats et de la situation de guerre dans laquelle la France se trouve. Il est important que tous les candidats républicains, de gauche et de droite, dénoncent dans les jours à venir l’imposture des réponses frontistes pour enrayer cette progression que les sondeurs pronostiquent inéluctable.

Les sondeurs sont en revanche en total désaccord sur les scores de la gauche et de la droite. Des sondages réalisés les mêmes jours avec des échantillons similaires, pronostiquent des progressions, une stagnation ou un recul des candidats socialistes ou de la droite LR-UDI. Dans des proportions significatives.

Émotion, volatilité, hésitations compréhensibles ? Toujours est-il qu’il n’y a plus aucun sondage auquel se fier…

Christophe Clergeau, pour sa part, poursuit sa route. Avec détermination. Son slogan de campagne, « Tous unis pour les Pays de la Loire » est plus que jamais d’actualité. Le mot d’ordre de son affiche officielle, « VOTEZ », prend un sens particulier. Ce week-end, ses partisans seront nombreux à aller à la rencontre des électeurs avec un mot d’ordre : convaincre celles et ceux qui hésitent, qu’il faut se déplacer les 6 et 13 décembre prochains. Car, voter c’est résister !

Luc Belot

Directeur de campagne de Christophe Clergeau

Communiqué de Presse (PDF)