Contribution de Françoise

Aujourd’hui, comme dans les années 80, des adultes sont exclus de leurs droits car ils n’ont pas accès à la lecture. En 1980, la France ne savait pas qu’elle comptait autant de personnes en situation d’illettrisme. C’est ATD-Quart-Monde qui lui a fait reconnaître cette réalité. Aujourd’hui, elle sait, enfin, elle devrait savoir : statistiques de l’INSEE, bilans des Journées Défense Citoyenne, constats des associations…. Mais les dispositifs en place ne permettent plus d’accueillir toutes les personnes qui souffrent de ne pas savoir bien lire. Or, pour 100 personnes en situation d’illettrisme, seulement de une à trois osent franchir la porte d’un lieu de formation. Qui prend en compte cette réalité ?

Nous sommes dans l’ère du numérique ; les administrations ferment leurs guichets et développent leurs services au moyen d’Internet. A-t-on pensé aux conséquences pour bon nombre de ces personnes exclues du savoir ?

Des personnes en situation d’illettrisme – ou l’ayant été – ont créé leur mouvement et ont ce souci de défendre le droit à la formation tout au long de la vie pour toutes les personnes en situation d’illettrisme. Elles ont créé un film qui a été diffusé à Blain le 25 avril dernier et elles ont édité un manifeste disponible sur le site www.chainedessavoirs.org. C’est avec elles qu’il faut agir.

Réponse de Christophe Clergeau

Françoise, votre contribution me touche énormément. Les situations personnelles sont très différentes les unes des autres : nous devons nous y adapter et non pas l’inverse. L’illettrisme est un facteur d’exclusion renforcé, encore plus aujourd’hui, comme vous le signalez. Je souhaiterai rencontrer le mouvement Chaine des Savoirs. Si vous en êtes d’accord, merci de me communiquer les coordonnées locales par mail via mon site afin que j’entre en contact avec eux.

Découvrez d’autres contributions